Transpiration et déodorants : vive le naturel

TranspirationA propos de la transpiration

S’il est bon de lutter contre les odeurs, il vaut mieux accepter ou réguler sa transpiration !

N’oublions pas que les glandes sudoripares jouent le rôle d’émonctoire (élimination des déchets) et qu’à ce titre elles ne doivent pas être empêchées dans leur fonctionnement.

Les déodorants prétendent faire les 2 et on les accuse souvent d’être un danger pour la santé.

De fait c’est assez compréhensible du fait de la zone sensible et propice aux échanges intérieur/extérieur : les aisselles.

L’aluminium : un danger

Le principal accusé dans cette affaire est l’aluminium.
Les déos en projètent moins que certains aliments n’en contiennent (affolez vous avec une petite recherche Google…).
Le grand méchant est le chlorhydrate d’aluminium suivi de près (pour leur facilité à se dégrader) par le sel double ammonium/aluminium puis potassium/aluminium.

Il est suspecté dans de nombreux cas de cancers, de la maladie d’Alzheimer, de troubles de la fertilité et potentiellement la fibromyalgie.

A propos de la pierre d’alun :

– il existe des pierres reconstituées d’origine naturelle et d’autres de synthèse. La différence réside dans le composé aluminum : ammonium/aluminium pour les synthétiques et potassium/aluminiun pour celles d’origine naturelle.
– elle ne convient pas à toute les peaux et peut provoquer des allergies cutanées
– si elle présente des concentrations plus faibles, n’est pas meilleure que le reste en l’état des connaissances actuelles.

A propos des déos (sprays ou gels) sans aluminium et « bio »

Si les parabènes ont été bannis, ils sont souvent remplacés par le methylisothiazolinone, très allergisant et source d’eczéma allergique chronique…

Enfin concernant les déos avec aluminium et autres « joyeusetés »

Bannissez-les évidemment !

Recommandations naturelles pour agir face aux inconvénients de la transpirations

Deux choses sont recommandables pour l’entretien de la peau :

– après un rasage ou une épilation, pas de déodorant !
–  il faut laisser la peau (pas seulement des aisselles) « tranquille » de temps en temps afin de préserver son microbiote.
Entendez par là qu’il faut préserver régulièrement l’équilibre bactérien de la peau. Les produits de lavage ou de désodorisation le perturbe, l’agresse voire l’élimine trop fréquemment. Trouvez une journée toutes les 2 semaines (ou plus si vous pouvez) pour n’effectuer qu’un simple mais abondant frottage/rinçage à l’eau claire.
J’ai testé beaucoup de choses et la meilleure alternative aux déos sus-cités pour lutter contre les effets de la transpiration reste le bicarbonate de sodium (faussement appelé « de soude ») : quelques cristaux sur la peau encore un peu humide ou dilué à saturation dans un peu d’eau de source.
On entend aussi parler de l’huile essentielle de Palmarosa (1 goutte) mais certains composés de cette huile peuvent être allergènes; il convient donc d’agir avec extrême prudence la concernant.

Enfin pour la transpiration excessive, il y a d’autres méthodes naturelles pour la réguler de l’intérieur, nous en reparlerons.